Esthétique de la charogne par Hicham-Stéphane Afeissa

Esthétique de la charogne par Hicham-Stéphane Afeissa


Cette somme d’érudition magnifiquement éditée fera date. À la fois par son objet esthétique: « le corps qui se corrompt » ; et son empan cognitif : les multiples sciences (l’entomologie, la biologie, l’anatomie,…) auxquelles l’auteur recourt pour analyser cette « terrible fabrique du vivant ». Mais ce que ce philosophe de l’environnement, nous donne à voir n’est bien sûr pas le « spectacle de l’immonde ». Il nous donne à penser le vivant dans ses multiples déplacements. Car si le corps est délaissé par sa vie il ne l’est pas par la vie. Comment dès lors regarder cet « éco-système-cadavre » ? Sous le prisme de multiples arts, littéraires (Baudelaire, Flaubert…), visuels, plastiques (Fragonard, Suzini) le philosophe va étudier ces innombrables modes de représentation. Depuis l’art macabre médiéval jusqu’au bioart contemporain, il nous montre le vivant dans ses différentes déclinaisons ; jusqu’à nous faire disqualifier dans leurs registres ultimes ces critères du laid ou de l’ignoble. Car ces chairs qui se dénouent participent à la régénération du vivant et ce – qu’on le veuille ou non – de façons ordonnées et harmonieuses aiguillonnées par « l’ordre écologique du monde ».

Éditions Dehors, Paris,

novembre 2018, 648 pages, 32 euros.

Philippe Pataud Célérier, novembre 2019

Publier un commentaire

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.